Origine de la Lune

 

 

Pict6969

Pierre lunaire apollo 15

 

Depuis les 382 kg d'échantillons lunaires des missions Apollo (1969-1972) et les 326 kg récoltés par les missions Luna (1970-1976) les analyses ont révélé que la Lune a la même signature que la Terre, la même composition chimique.

Les hypothèses sur la formation de la Lune :
- La Lune proviendrait des débris d'une collision entre la Terre et un astre nommé Théia.
- Théia et la Terre étaient voisines et chimiquement similaire.
- Théia a arraché des morceaux de Terre puis a continué sa route. Les morceaux de Terre auraient formé la Lune.
- La jeune Terre en tournant sur elle-même à grande vitesse se serait fissurée et aurait éjecté des morceaux qui aurait formé la Lune.


Grâce aux progrès techniques, les analyses des échantillons lunaires permettent de découvrir l'histoire de la Lune.
Les échantillons ont été conservés dans des caissons étanches avec des gants de manutention gonflés par l'azote pour empêcher les contaminations extérieures.

Des analyses sont encore effectuées dans les laboratoires du monde entier.

 

LaboEchanti

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Le Soleil est constitué d'hydrogène et d'hélium.
Les vents solaires répendent de l'hélium 3 sur la Lune.
L'hélium 3 est l'isotope non radioactif de l'hélium et peut être utilisé pour la fusion nucléaire.
Cet élément bien que très rare sur la Terre, se trouve en abondance sur la Lune.
Les échantillons du sol lunaire ramenés lors des missions Apollo ont démontré sa présence.
L'hélium 3 est incorporé au régolite ou enfoui en faible profondeur de la surface lunaire.

Il y aurait de l'eau sur la Lune, peut-être apportée par les astéroïdes, les comètes ou les vents solaires.
Pour localiser l'eau glacée, il faut chercher les endroits très froids, vers les cratères polaires dont le fond ne voit jamais un rayon de Soleil.

 

La Lune abrite des grottes

Grotte
 

Ce trou de 65 m de diamètre, a été observé dans la région de l’océan des Tempêtes. Il s’agit de l'entrée d'une caverne intacte depuis 3,5 milliards d’années et longue de plusieurs kilomètres.
Quelques trous similaires observés dans le basalte lunaire par les sondes Kaguya et Lunar Reconnaissance Orbiter (LRO), suggèrent qu’il existe des tubes de laves aujourd’hui évidés sous la surface de certaines mers lunaires.

 

 

 

 

 

 

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site