Les fusées

 

 

Au premier siècle, la poudre noire (salpêtre, souffre et charbon)  inventée en Chine est introduite dans des tubes de bambou pour créer des "flêches à feu".

Le "feu d'artifice" est aussi une invention chinoise, vers l'an 600, puis le missile vers 1232.

Le premier "astronaute" était un mandarin, Wan-hu qui, en 1500, se fit attacher à une batterie de fusées pour tenter de s'élever dans les airs.

En 1550, le comte von Salms eut l'idée de la fusée récupérable par parachute.

En 1650 Kazimierz Sieminowicz imagine les fusées à étages, les fusées ailées et les fusées à barillet.

La fusée de détresse est inventée en 1819 et l'avion-fusée en 1841 par Golightly.

 

Le concept d'une véritable habitation en orbite n'est pas récent. L'écrivain Edward Everett Hale en imagina une dans son roman "The Brick Moon" en 1869. Cette station en brique et placée à 8000 km d'altitude sur une orbite polaire était si vaste qu'on pouvait même y cultiver des plantes.

Le précurseur soviétique de l'astronautique Konstantin Tsiolkovski (1857-1935) reprend cette idée et la développe scientifiquement sur plans. Il est le premier à établir la théorie des fusées à étages où chaque étage contient son propre carburant.  Une fois le réservoir vidé, l'étage est largué et le suivant est allumé. Ainsi la fusée plus légère peut aller plus haut. Dès 1903 il écrit des ouvrages sur "L'exploration des espaces cosmiques par des engins à réaction". Il propose un mélange de carburant liquide, d'oxygène et hydrogène, qui sera utilisé cinquante ans plus tard. Konstantin Tsiolkovski imagine des satellites artificiels, des stations spatiales. Vers 1920, ses travaux intéressent des ingénieurs et parmi eux, Sergueï Korolev.

En parallèle, l'américain Robert Goddard (1882-1945) est persuadé que la fusée est le moyen d'aller dans l'espace et que l'hydrogène et l'oxygène sont les meilleurs liquides pour la propulsion. Robert Goddard dépose des brevets et multiplie les essais sur les fusées à poudre puis sur des fusées à propulsion liquide. En 1937 l'une de ses fusées atteint 2 500 m d'altitude.

De son côté, le roumain Hermann Oberth (1894-1989) démontre scientifiquement que le vol spatial est possible. Son ouvrage "La route des voyages spatiaux" devient la bible de l'astronautique. Il est nommé Président d'une association de passionnés de fusées, parmi lesquels le jeune Wernher Von Braun adhère. Ensemble, il teste une fusée à carburant liquide. Dans les années 1940 Hermann Oberth s'installe en Allemagne puis travaille  à Peenemünde, dans une base d'essais militaire, créée par Wernher Von Braun, mais financée par l'armée allemande.

Bientôt une fusée à damier blanc et noir s'élève dans le ciel. Elle atteint l'altitude de 83 km. Pour la première fois un objet a frôlé l'espace, la V2, mère de toutes les fusées.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×