Sur la Lune

 

Pict7153

 

 

Depuis les 382 kg d'échantillons lunaires des missions Apollo (1969-1972) et les 326 kg récoltés par les missions Luna (1970-1976) les analyses ont révélé que la Lune a la même signature que la Terre. La Lune n'est pas la soeur jumelle de la Terre ni un astre vagabond. La Lune proviendrait des débris d'une collision entre la Terre et une protoplanète nommée Théia. Les débris se seraient assemblés pour former la Lune.
Une roche terrestre de 4 milliards d'années a été collectée sur la Lune, par la mission Apollo 14.

Le sol lunaire est constitué de basaltes gris et recouvert d'une poussière très fine, comme de la poudre. Mais, si on rapporte un échantillon de cette poussière, on constatera qu'elle est aussi noire que du charbon. En fait, puisqu'il n'y a pas d'atmosphère, le sol de la Lune est fortement éclairé par le Soleil et la poussière devient très lumineuse, comme de la neige.
La poussière peut s'élever de quelques centimètres et se déplacer d'une région vers l'autre. Ce phénomène, dû aux charges électrostatiques, diffuse un croissant de lumière au-dessus de la surface lunaire.

 

Pict6604

 

Marcher est difficile sur la Lune. La poussière épaisse colle aux pieds. Qu'elle que soit la direction dans laquelle on regarde, l'horizon est tout proche, à 2.5 km contre 8 km sur la Terre.


Sur la Lune, on observe les mers (bassins d'impact) et  leurs dorsales marines (collines basses), les montagnes aux pentes douces, les innombrables cratères, plus de 300 000 cratères sur une seule face, les rainures (fossés), les escarpements (failles tectoniques) les vallées (files de cratères), les dômes (collines rondes). Le brillant cratère Aristarque est appelé "phare de la Lune"
Le pôle sud Aitken est un vaste champs de cratères de 2500 km de diamètre. Il existe de la glace d'eau au fond de certains cratères toujours à l'ombre.

 

Sur la Lune où il est si facile de se perdre, le terrain est valonné de creux de deux à cinq mètres. Heureusement le Soleil blanc se lève à l'est et se couche à l'ouest, toujours de la même façon, mais si lentement qu'une journée et une nuit de même durée, correspondent à un mois sur Terre. Quinze journées de Soleil et quinze nuits sont égal à un jour lunaire.

Il n'y a pas de saisons, pas  de vent, ni de bruit sur la Lune. Les empreintes des astronautes restent sur la Lune, pour au moins 100 000 ans.
Le jour et la nuit ont la même durée. Il existe cependant des points d'ensoleillement permanent  au voisinage des pôles.

 
Le ciel visible depuis la surface lunaire est différent de celui observé depuis la Terre. Même en plein jour, le ciel de la Lune reste profondément noir. Sur la Lune, les étoiles apparaissent plus nombreuses, très brillantes et ne scintillent pas.
En l'absence d'atmosphère il n'y a pas d'étoiles filantes mais des chutes de météorites de toutes tailles et une pluie incessante de micro-météorites (des tonnes de poussières par jour). Le sol de la Lune tremble, ses roches craquent, les impacts provoquent des glissements de terrain.


 
La Terre ne se lève pas et ne se couche pas comme le fait la Lune en décrivant un arc de cercle d'est en ouest.
Les phases de la Terre se succèdent dans le ciel lunaire. Un observateur sur la Lune voit une Terre dans une direction fixe décrire une petite ellipse dans cette direction, à une hauteur dépendant du lieu d'observation. La hauteur de la Terre sur l'horizon dépend donc de la position de l'observateur sur la Lune. Sans les librations, la Terre serait vue immobile dans le ciel. A cause des librations de la Lune (balancements)  on la voit décrire une petite ellipse ou bien quand elle passe sur l'horizon, on la voit se lever, décrire un petit arc et se coucher.
La Terre est vue 4 fois plus grosse dans le ciel lunaire que la Lune dans le ciel terrien.

Des éclipses sur la Lune se produisent lorsque la Lune et la Terre sont pleines ou nouvelles. Lorsqu'il y a une éclipse de Lune sur Terre, il y a une éclipse de Soleil sur la Lune. Lorsqu'il y a une éclipse de Soleil sur Terre, il y a une éclipse de Terre sur la Lune.

Depuis la face cachée, impossible de voir la Terre. On pourrait même en ignorer l'existence.
Projet de l'installation d'un radiotélescope à l'abri des interférences terrestres.

La Lune est comme une "pierre de Rosette" à décrypter. De nombreuses régions restent à explorer, en particulier sur la face cachée si différente de la face visible.

Ejectées par les impacts d'astéroïdes, certaines météorites sont des fragments de roche lunaire, qu'on retrouve sur la Terre.

La Lune n'a pas de plaques tectoniques, mais son activité se caractérise par une perte de chaleur, ce qui entraine des craquelures.
En refroidissant la Lune rétrécit et tremble.

 

 

 

Notre étoile, le Soleil est constitué d'hydrogène et d'hélium. Les vents solaires répandent de l'hélium 3 sur la Lune, depuis toujours.

"L'hélium-3 est l'isotope non radioactif de l'hélium et  peut être utilisé pour la fusion nucléaire. Cet élément bien que très rare sur la Terre, se trouve en abondance sur la Lune. On le sait, car les échantillons du sol ramenés lors des missions Apollo ont démontré sa présence."

"Selon les données enregistrées en 2009 par la sonde orbitale chinoise Chang'e 1, les réserves en hélium 3 de la Lune s’élèveraient
à 100 000 t 4. Il est incorporé au régolite ou enfoui en faible profondeur de la surface.
Lorsqu'on sait que 200 tonnes permettraient de satisfaire les besoins énergétiques, que cette énergie permettrait aux Terriens de combler leurs besoins en énergie pour des siècles, cela incite les enthousiastes à y voir un moteur puissant à son exploitation.

 

 

 

 

 

 

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site