Historique

 

 

Les hommes dans l'espace

 

 

 

Les missions

 

Mission soviétique 1957 - Spoutnik

et

Chronologie des missions spatiales

 

 

 Premier satellite visible à l'oeil nu dans le ciel
1960 - Echo 1

 

 

Course dans l'espace

 

 

Sergueï Pavlovitch Korolev 1907/1967

En URSS les recherches sont financées par l'armée soviétique qui surveille et fait pressions sur les scientifiques. Si pour les militaires les fusées son synonyme de missile et de guerre, pour les scientifiques c'est une histoire de science, de rêve, de voyage dans l'espace. Et Sergueï Pavlovitch Korolev, passionné d'astronautique, rêve de conquérir l'espace.

Envoyé sous Staline au fin fond de la Sibérie où il est torturé en tant qu'ennemi du peuple, Sergueï Korolev est le seul qui puisse comprendre la technologie des V2 allemands. Libéré après la dernière guerre mondiale, dans un anonymat forcé, sa mission consiste à mettre au point un missile capable d'atteindre les Etats-Unis. Mais Korolev rêve toujours d'espace. Il démontre aux nouveaux dirigeants soviétiques que la fusée R-7 qu'il a conçue avec son équipe, peut servir de lanceur spatial pour explorer l'espace, envoyer des sondes et des hommes sur la Lune.

Korolev ne verra pas le premier pas de l'homme sur la Lune. Suite à une opération bénigne, Sergueï Pavlovitch Korolev meurt à 60 ans, probablement des séquelles de son séjour au Goulag. Le monde entier connait enfin son visage et son nom.

 

                                                         

Wernher Von Braun 1912/1977

Dès sa plus jeune enfance, Wernher Von Braun passionné par les astres, rêve d'atteindre l'espace, la Lune et Mars. A 18 ans, avec la VfR (société pour le voyage interplanétaire) il participe au lancement d'une fusée, Mirak ll qui atteint une altitude de 350 mètres.

Contacté par l'armée allemande en 1932, Von Braun est nommé directeur technique du centre balistique Peenemünde dès 1937. Sous le régime nazi il met au point un lanceur l'Agrégat 4, la future V2 qui s'élève à 90 km, à une vitesse de 1 500 mètres/secondes et s'abattra sur le sol britannique pendant la dernière guerre mondiale.

En 1945, il fait partie des scientifiques récupérés par les américains. La plupart ont moins de 35 ans. Von Braun et son équipe procèdent aux premiers lancements américains.

Dès 1946, la V2 devient une fusée-sonde pour étudier la haute atmosphère.

Cependant le Président Dwight Eisenhower  peu passionné par les fusées, ne veut surtout pas que l'équipe de Wernher Von Braun, la "German team", dirige les lancements. Ce n'est qu'après avoir entendu les "bip-bip" de Spoutnik que l'amérique confie le programme spatial aux allemands.

Wernher Von Braun réussi le lancement du premier satellite Explorer, 84 jours après le vol orbital soviétique.

"Les Etats-Unis ne lui reproche plus l'uniforme SS qu'il a porté, ni les victimes du V2, ni les déportés qui sont morts en travaillant à leurs constructions".

 

Cap Canaveral/KSC

 

La base de lancement Cap Canaveral / Centre Spatial Kennedy

 

 

Cap Canaveral est la principale base américaine. Créée en 1950 pour tester des lanceurs, elle s'est largement étendue avec plusieurs aires de lancement nécessaires au développement de l'astronautique. Les vols s'effectuent sous la responsabilité de la Nasa, agence spatiale créée en 1958.

 

 

 

Une autre base militaire construite en 1941, rebaptisée Vandenberg en 1958, est utilisée pour les lancements de satellites et de certaines sondes.

 

Baïkonour

 

La base de lancement Baïkonour

 

 

Le cosmodrome soviétique porte le nom d'une ville située à 370 km de la base. Créé en 1955, tenu secret pendant longtemps, il se situe en réalité dans le désert de Kazakhstan. Bien que ressemblant à une zone industrielle, le cosmodrome Baïkonour assure encore aujourd'hui, le plus grand nombre de lancements au monde.

 

 

 

 

D'autres bases ont été créées, le cosmodrome de Plessetsk, le cosmodrome Dombarovski, le cosmodrome Svobodny. 

 

Premiers lanceurs

 

1950 - Première lanceur américain

 

En 1954, le gouvernement soviétique commande à Sergueï Pavlovitch Korolev un missile capable d'atteindre les Etats-Unis, depuis le sol russe pour répliquer à une éventuelle attaque des Etats-Unis.

 

Le 29 juillet 1955, le porte parole du Président Eisenhower annonce que les Etats-Unis ont l'intention de lancer un satellite artificiel autour de la Terre. Cette annonce est confirmé au mois d'août par un scientifique, au cours du 6ème congrès astronautique à Copenhague.

Le 02 août 1955, le Président de la déléguation soviétique à Copenhague annonce le lancement d'un satellite artificiel au cours des deux prochaines années.

 


R-7

 

A la tête d'une section chargée de la construction des fusées, Sergueï Pavlovitch Korolev met au point un puissant lanceur, la fusée R-7. Avec quatre moteurs d'appoint, autour d'un corps central, alimentés par une turbopompe, la fusée R-7, baptisée Semiorka, est un puissant lanceur d'une poussée de 500 tonnes. Avant la mise à feu, il faut procéder à une longue préparation. Couchée sur une plate forme et tractée par une locomotive, Semiorka est redressée sur son pas de tir où commence le remplissage des réservoirs d'oxygène liquide et de kérosène.

Après trois échecs de lancement, le quatrième tir de la R-7 est un succès. La fusée atteint sa cible située à 6 500 km.

 

Dessins de la fusée Semiorka par Sergueï Korolev

Korolev

Semiorka


Génération des R-7

 

Premier vol dans l'espace

 

En 1939, la performance des scientifiques allemands reste sans égal.

Dans l'armée allemande, les travaux militaires sont consacrés à des missiles puissants, des bombes téléguidées, des fusées énormes.

Dans la base de recherche de Peenemünde, une fusée d'une grande technologie est développée, sous la direction de Wernher von Braun. La fusée  A4, de 14 mètres, se propulse à plus de 5 000 km/h sur une cible d' une distance de 320 km et atteint 90 km d'altitude. Elle devient ensuite la fusée V2 et est opérationnelle. L'avance des allemands dans le domaine technique aéronautique ouvre la voie au lanceur à combustible liquide.

Pendant la seconde guerre mondiale, la plus grande usine souterraine au monde "Mittelwerk" est allemande. C'est ici que la fusée V2 est fabriquée en série, dans d'immenses laboratoires et ateliers. Dès 1944, Londres subit les premiers bombardements...

En 1945, l'armée américaine récupère des fusées V2, des documents scientifiques consacrés à la fusée et 104 ingénieurs allemands issus de la base de recherche de Peenemünde. Ils font signer un contrat à leurs prisonniers scientifiques qui devront travailler pour eux, aux Etats-Unis. Parmi eux, Wernher von Braun.

De son côté l'armée soviétique trouve dans les ateliers de fabrication de Mittelwerk des fusées V2, des documents, des schémas de construction importants qui seront étudiés par leur spécialiste en fusée, Sergueï Pavlovitch Korolev. Cinq mille scientifiques allemands sont déportés en Union Soviétique. Parmi eux, Helmut Gröttrup, brillant collaborateur de Von Braun, qui lancera la première fusée soviétique. Sept ans plus tard, tous seront rapatriés en Allemagne.

 

  

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×